Correspondance de Birmanie le 03/11/2001

rocher d'or

Myanmar

 

Le rocher d'or est un haut lieu de pélerinage bouddhiste. Il s'agit d'un rocher rond de 6m de diamètre placé au sommet d'une montagne en équilibre au-dessus du vide. D'après les spécialistes 3 hommes suffiraient à le faire tomber, mais d'après les fidèles il serait maintenu à sa base à l'aide d'un cheveu de Bouddha. Une partie de l'ascension se fait en camion dont les bennes sont aménagées avec des poutres pour faire asseoir les pélerins. La deuxième partie de l'ascension se fait à pied le long d'un sentier parsemé de boutiques comme à Lourdes.

J'étais accompagné d'Heïdi, une norvégienne au caractère trés jovial . Le site était payant 6$US à verser à un bureau du "ministère de la culture département d'archéologie" Bon, on est rassuré, les militaires apprentis archéologues auront suffisamment de pelles pour creuser leurs tranchées!.
Après la visite nous nous arrêtames au sommet pour prendre un thé. Heïdi était assise en contre jour dos au soleil couchant. Ses boucles blondes traversées par cette lumière avaient pris le même éclat que le rocher d'or derrière elle. Lorsque le serveur arriva, elle s'adressa à lui avec une telle énergie naturelle dans son regard et dans son sourire que le jeune garçon surpris, eut un sursaut de recul.
-"Tu as vu? je lui fais peur!" me dit elle étonnée et ravie.

De retour aux camions, nous étions assis sur nos poutres à côté d'une bonne femme genre "mamie Nova" locale. Si on en croyait les gestes qu'elle faisait, elle s'était lancée dans la description détaillée de tous ses maux de santé. Au début les hommes qui se tenaient devant elle hochaient la tête poliment, puis ils finirent par regarder ailleurs. Cela commençait à amuser Heïdi (qui il faut peut-être le préciser travaille comme infirmière dans un hôpital psychiatrique) - "non, non, je ne pense pas que cette femme soit folle", me répondit-elle , "elle a juste un débit de langage hors du commun".

La femme parlait pourtant sans discontinuer sans même prendre sa respiration, son prodigieux oratoire durait depuis plus de 5 minutes maintenant. Plus aucun homme ne l'écoutait, et je sentais Heïdi prête à éclater de rire telle une bombe àla moindre étincelle.
L'étincelle se produisit lorsque soudain un silence d'un quart de seconde cristallisa toute notre attention et une seule question nous vint alors: "avait elle fini?".
En guise de réponse, il sortit de sa gorge un superbe rôt, placé là tel un point d'orgue, tel le point final marquant la fin de son interminable prose. "The End !" C'en était trop pour Heïdi qui explosa tout entière, brisant mon sérieux au passage et m'emportant avec elle dans son torrent de rire.

Tous Droits Réservés. Si vous souhaitez exploiter le contenu et les photos du site, veuillez contacter le webmaster.

___________________________________________________________________

| Retour au sommaire général|

_________________________